Les 4 grands styles de psy (et leurs méthodes) enfin décryptés pour vous

By | 2017-09-15T00:40:04+00:00 octobre 6th, 2016|Les psy, Pour info, Psychologie, Psychothérapies, ≈ 10mn|2 Comments

Quels sont les grands styles de thérapeutes ? Quelle psychothérapie choisir ? Et comment un psy travaille-t-il ?! En fait, les deux sont très étroitement liés. Alors découvrez sans plus attendre les 4 principaux styles de psy qui peuplent nos villes et nos campagnes. Ils peuvent être psychologue, psychanalyste, psychiatre, psychothérapeute ou simple thérapeute et travaillent souvent dure pour accompagner leurs patient vers un mieux être. Ah, et juste une dernière chose, si vous cherchez un psy, il y a une petite surprise à la fin… 

En attendant, notez qu’une une nouvelle génération de psy pointe son nez ! Ces psy dits « intégratifs » viennent apporter du sang neuf dans l’offre d’accompagnement. Notamment en combinant les approches et en créant de nouveaux modèles de psychothérapies, de plus en plus efficaces. Nous reparlerons bien sûr de tout cela au fil de cet article.

L’intérêt d’un article sur les psy et la psychothérapie…

Cet article fait suite à : « La recette pour bien choisir son psy ». Si vous avez suivi les qui y sont dispensés, vous êtes peut-être déjà en contact avec un bon psy. Quoi qu’il en soit, cet article vous sera utile si   :

  • vous cherchez un psy, mais que certains types d’attitudes vous sont insupportables ;
  • ou alors si vous avez déjà expérimenté un certain type de psy (ou de psychothérapie) et que vous voulez en essayer un autre.
  • enfin, s’il est important pour vous de connaître ces différents types de psychothérapie.
Trouver son thérapeute ou sa psychothérapie

Comment trouver son thérapeute ? Comment choisir un thérapie ?

Les 4 principales façons de travailler chez les psy

En gros et schématiquement, vous rencontrerez 4 façons de se positionner (attitudes+méthode) chez un  psy. Elles sont issues des principaux courants en psychologie et en psychothérapie. Ces types de positionnements sont valables pour tout type de professionnel (qu’il soit psychologue, psychiatre, psychothérapeute, voire même psychanalyste).

Notez cependant que certains positionnements se retrouvent plus dans certaines professions que dans d’autres. Pour distinguer clairement ces professions, allez voir ici

Voici donc en exclusivité les 4 principales approches utilisées par les différents types de psy ! Histoire de s’amuser un peu, ils vous sont présentés par 4 fidèles compagnons bien connus : la Basset, le Berger Allemand, le Jack Russel et le Labrador. Vous allez vite comprendre pourquoi :-).

Les thérapies d'orientations psychanalytique et le Basset, quel rapport ?

Le psy qui pratique la psychothérapie d’orientation psychanalytique, c’est un peu comme le bon vieux Basset…

Le psy “en retrait”, centré sur “les causes” (l’inconscient)

Si je devais le comparer à un de nos fidèles compagnons, je dirais le Basset. Allongé au fond de la cour, il reste dans son coin, discret. Derrière son air indifférent, il est en fait attentif à ce que vous dites et se manifeste à certains moments.

C’est le psychologue, psychothérapeute ou psychanalyste qui reste “très neutre”, en retrait et parle peu.

Ce psychologue, ce psychiatre ou ce psychanalyste montre peu de réactions et intervient peu. Dans certains cas, il reste même très silencieux. C’est de lui que vient le bon vieux cliché du psy qui reste dans son fauteuil sans rien dire avec des “hum hum”.

Il répond le moins possible aux questions que vous vous posez et évite de se centrer sur la résolution de problèmes spécifiques. Ce genre de psy ne donne donc que rarement des conseils.

Selon son approche, c’est en parlant que vous allez prendre conscience (progressivement) de votre propre fonctionnement (inconscient). 

Et c’est pour cela qu’il veut vous influencer le moins possible, en intervenant le moins possible.

Voilà pourquoi il ne donne que rarement un durée précise au “travail” et ne se centre pas sur des objectifs précis. En fait,  il travaille plus sur la globalité de votre fonctionnement. 

Il vous demande, pour cela, de beaucoup parler, notamment de votre passé et de le mettre en lien avec votre présent. Suivant vos propos, il vous aiguille en vous posant des questions ou faisant des interprétations (issue de son « analyse »).

Sa démarche vise et favorise la compréhension et la prise de conscience de ce qui ne l’était pas.

Dans ce type de thérapie l’accent sera donc mis sur l’analyse et la compréhension de vous-même! 


Info complémentaire :

En général ce psy se réfère à la psychanalyse ou est psychanalyste. Il peut aussi s’agir d’un  “psychologue d’orientation psychanalytique”, un “psychologue-psychanalyste” ou un  “psychiatre-psychanalyste”.  Il pratique ce que l’on appelle les “thérapies d’inspiration analytique” ou “d’orientation analytique”. Ces thérapies sont différentes ce que l’on appelle “l’analyse” ou la psychanalyse, même si elles s’en inspire très fortement.


Attention !

Si vous souhaitez commencer une psychanalyse ou une “analyse”. (c’est la même chose).. Sachez que de nombreux psychanalystes, psychologues et psychiatres considèrent aujourd’hui que la psychanalyse n’est pas une psychothérapie.

En effet, son objectif n’est pas le traitement de symptômes ou de difficultés psychologiques mais la mise à jour de conflits inconscients, l’amélioration des symptômes ou problématiques étant alors considérée comme un bénéfice possible.


Le psy “en avant”, centré sur le problème (le symptôme)

Là, on est plutôt du côté du Berger Allemand. Volontaire et actif, il respecte et fait respecter tout un tas de consignes. Ce psychologue ou ce psychiatre met en position “d’expert”, disposant de solutions à vous proposer.

Il s’inscrit dans un dialogue avec vous, mais reste directif. Au début, il est dans une démarche “d’enquête”, d’évaluation du problème. D’ailleurs, il utilise souvent des questionnaires ou des grilles d’évaluation. L’évaluation du problème se conclura probablement par un diagnostic en termes de “troubles psychiques”. 

Thérapies cognitivo-compotementales et Berget Allemand, quel lien ? Un modèle de psychothérapie

Le Berger Allemand des psy, celui qui fait des thérapies cognitovo-comportementales

Il vous proposera alors des exercices à faire ou vous donnera les réponses qu’il considère être les bonnes pour vous aider.

Conseils et « astuces » pour gérer le problème seront fréquents. Il vous proposera des objectifs précis. Ce type de psychothérapie est ce qui se rapproche le plus d’une approche “médicale”. Quelle est la logique sous-jacente ?

Modifier vos comportements et vos représentations liées au “problème”.

En fait, sa démarche vise l’apprentissage de nouvelles façons de faire et d’être à partir d’exercices, préconçus dans la plupart des cas. Dans ce type de thérapie, l’accent est mis sur l’auto-observation et l’action.


Info complémentaire :

En général il pratique les Thérapies Comportementales et Cognitives (TCC). Et le plus souvent c’est un psychologue d’orientation cognitive-comportementale ou un psychiatre d’orientation cognitive-comportementale. C’est d’ailleurs la grande majorité des psychiatres aujourd’hui.


Le psy centré sur les « relations » (les interactions)

Alors là, votre compagnon de route serait plutôt un Jack Russel ! Pourquoi ? Parce qu’il est alerte, malin et interagit de façon fine, pour répondre aux besoins de son “maître”. Il est capable de faire le clown ou de vous surprendre.

En fait, ce thérapeute, psychologue ou autre adopte une posture d’écoute active centrée sur la façon dont vous interagissez dans vos relations et votre milieu. Il va viser à vous permettre de faire “différemment”;

Il instaure un dialogue soutenu et dynamique dont le but est d’abord de « co-construire » avec vous une compréhension du problème. Mais cette compréhension ne s’appuie pas sur des catégories diagnostics, pour ne pas figer la situation.

Les psychothérapies systémiques, ou comment se faire aider par un Jack Russel

Le psy qui fait des psychothérapies systémiques… Le Jack Russel de la psychologie…

Dans un deuxième temps, ce psy vise à vous faire pendre conscience de la façon dont vous interagissez avec vous-même et les autres. Il intervient alors par des questions, des attitudes particulières ou des affirmations.

Ces interventions visent en fait  à “provoquer le changement” dans votre façon d’interagir.

Pour cela il vous aide à faire de nouvelles expériences et/ou à accéder à une nouvelle vision de la situation. Pour quelle raison ?

Parce que l’expérience montre que les nouvelles expériences favorisent les changements internes. Et des changements positifs bien-sûr. Pour cela il est susceptible d’intervenir de façon assez « surprenante » pour « bouger les lignes ».

Il est du coup possible qu’il vous propose de petites expériences à faire en dehors des séances. Mais ce ne sera pas la même chose que les “exercices à faire” du Berger Allemand.

Une dernière chose. Si vous lui posez des questions sur ce que « vous avez », ce que « vous-êtes » ou « ce qu’il faut faire », il refusera de vous mettre dans « une case ».

Pourquoi ?

Parce que l’expérience montre justement que cela risquerait de figer la situation et de brider vos potentiels de changement. C’est pourquoi des solutions « toutes faites » ne vous seront pas données avec ce type de psy. 

En bref, ce type de thérapie met l’accent sur le vécu de nouvelles expériences relationnelles comme source de changement. 


Info complémentaire :

Ce type de professionnel se réfère à l’approche systémique. Il y a bien-sûr plusieurs types de psychothérapies dans ce domaine. Le professionnel est en général un psychologue “systémicien” ou un psychothérapeute systémicien. 


Le psy “centré sur la personne” (les ressources du patient)

Et voilà le bon vieux labrador : toujours là pour vous et affectueux. Attentif à la moindre de vos réactions, il vous accompagne dans vos vécus. 

Ce psychologue ou ce thérapeute adopte explicitement une position emphatique et bienveillante à votre égard.

Cela se traduit notamment par un sentiment de “chaleur humaine”. Il interagit avec vous de façon dynamique en manifestant de l’empathie. Pour cela, ce psy vous écoute « activement ».  Et il vous accompagne là où vous voulez aller, tout en centrant l’échange vers vos vécus personnels et vos ressentis profonds (émotions). Pourquoi ?

Parce que l’expérience montre que cela permet la libération de puissantes forces de changement et d’évolution  par rapport à toutes sortes de problématiques.

Psychologie, psychothérapie humaniste et labrador

Le psy qui utilise les thérapies humanistes : le labrador de la psychologie

Tout cela se passe dans le cadre d’un dialogue “co-construit” : on avance ensemble ! Il vous proposera donc de chercher « à deux » les solutions aux problèmes que vous rencontrez et aux questions que vous vous posez. Pourquoi ?

Parce qu’il considère que vous avez les solutions en vous et que son rôle est de vous aider à les trouver, puis à les mettre en œuvre.

Sa démarche sera donc de vous aider à libérer vos potentiels de changement et de “guérison” ! 

C’est pourquoi il refusera généralement de réduire votre problème à un diagnostic, à vous mettre dans une “case”. Et bien qu’il puisse vous donner certains conseils, il évitera de vous donner des solutions « toutes faites ». Il préférera chercher avec vous les moyens de réveiller votre pouvoir de résilience.

En bref, sa démarche favorise la qualité du lien et la prise de conscience de vos ressources comme moteur d’un changement positif et d’un évolution personnelle.

Il vise l’éveil de votre “pouvoir intérieur”


Info complémentaire :

Ce type de professionnel se réfère généralement aux courant Humaniste. Il existe un grand nombre de psychothérapies dans ce domaine.

Quant au professionnel, il peut s’agir d’un psychologue d’orientation humaniste mais la plupart d’entre eux sont psychothérapeutes ou simples thérapeutes.

A ce moment, je vous recommande bien-sûr de privilégier un psychologue ou psychologue-psychothérapeute.


Le 5ème type : les psychothérapies intégratives

Vous venez de voir les 4 principaux styles de thérapeutes et d’approches thérapeutiques. Cependant, vous allez également rencontrer des psy qui s’inscrivent dans plusieurs de ces approches.

Ce sont les psy ou thérapeutes dits intégratifs. 

Et en fait , je suis l’un d’entre eux. Je m’inscris donc dans une démarche intégrative en psychothérapie.

L’approche intégrative en psychothérapie est issue d’une recherche d’amélioration des dispositifs thérapeutiques. Il s’agit généralement

  • d’intégrer les points forts des certaines méthodes dans de nouveaux protocoles thérapeutiques ;
  • Combiner certaines méthodes déjà existantes en les utilisant alternativement.

C’est grâce à ce travail que de nouveaux protocoles de psychothérapie sont progressivement crées. Cette tendance à l’innovation et la remise en question de vieilles habitudes (pour certains) font que les psy “intégratifs sont parfois mal-aimés de certains collègues plus “académiques” (psychologues, psychiatres ou autre).

Pourquoi ? Parce qu’ils bousculent l’ordre établi. Et comme vous le savez, ça ne plait pas trop, même dans le monde de la psychologie et de la psychothérapie ;-). D’ailleurs, un courant souvent critiqué encore peu connu en France mais en pleine explosion  est la branche des psychothérapies brèves intégratives ou thérapies brèves intégratives.

Certains de ces dispositifs thérapeutiques permettent des rémissions de symptômes ou de problématiques parfois en 2 à 3 séances, avec une moyenne qui se situe entre 3 et 6 séances, ce qui est extrêmement bref par rapport aux accompagnements plus classiques (15 à 30 séances). 

Une psychothérapie ou approche psycho-corporelle : l'avenir ? L'avenir de psychothérapie ?!

Qu’est-ce qu’une thérapie ou approche psycho-corporelle ?

Et que penser des approches psycho-corporelles ?!

Les approches psycho-corporelles utilisent comme porte d’entrée le corps notamment grâce aux perceptions sensorielles. Ces méthodes impliquent un travail corporel ou une médiation par le corps. La sophrologie en est un exemple mais il y a de nombreuses autres approches. Certaines formes de Yoga en sont une autre.

Actuellement, nous observons de plus en plus d’intégration de ces approches “psycho-corporelles” dans des protocoles de psychothérapie modernes. Et c’est bien lié au constat d’une efficacité de ces méthodes.

En fait, je n’en avais pas parlé jusqu’à maintenant car les approches psycho-corporelles ne constituent pas une façon de se positionner dans la relation au patient. Il s’agit plutôt de techniques particulières. Elles peuvent donc être utilisées dans le cadre d’un des 4 positionnements que nous avons vu ci-dessus.

En tout cas, je trouve les approches intégrées employant la porte d’entrée du corps très prometteuses.

Mais qu’est-ce qui est le mieux alors ?

C’est une question difficile. 

Ce qui est sûr, c’est que vous devez vous sentir “bien”, “à l’aise” ou “en confiance”. Eh oui, l’alliance thérapeutique c’est 30% de l’effet d’une thérapie. Le truc, c’est que l’implication du patient joue également un rôle très important dans l’effet thérapeutique (40% du bénéfice). 

Or l’implication d’un patient qui vient de s’engager dans un travail va être rapidement et fortement modulée par la qualité de l’alliance. Il semble donc raisonnable de penser qu’un psy qui adopte une attitude favorisant l’alliance et qui utilise une méthode motivante pour le patient aura plus de chances d’être efficace. C’est en tout cas ce que nous constatons en pratique avec plusieurs de mes collègues.

Entre psy intégratifs et psy simplement ouverts d’esprit…

De mon point expérience, les approches intégratives en psychothérapie prennent mieux en compte les deux paramètres évoqués ci-dessus. Pour quelle raison ? Justement parce qu’elles sont en général construites dans le cadre de cette recherche de ce qui fonctionne ou non. 

De cette façon elles potentialisent certains leviers puissants des anciennes approches tout en évitant certains écueils ! C’est pourquoi, pour un travail de psychothérapie, j’aurais plutôt tendance à vous recommander  : 

  • Soit un psy intégratif et si possible, formé une méthode de thérapie brève ;
  • Soit un psy utilisant une méthode classique tout en étant ouvert d’esprit sur ces questions (quelque que soit son style dominant).

Quoi qu’il en soit, deux choses sont certaines :

  • Même la meilleure méthode  à peu de chances de fonctionner avec le “mauvais psy”.
  • Votre ressenti est ce qu’il y a de plus important à écouter pour savoir si c’est “un bon psy” pour vous.

Attentions aux psy rigides qui présentent des avis très tranchés 

En effet, certains résultats de travaux récents laissent penser que : 

Trop s’attacher à une méthode thérapeutique en particulier (pour un psy), nuit aux bénéfices du traitement. 

Donc autant choisir un psychologue, un psychothérapeute ou un psychiatre qui ne s’y accroche pas… comme Gollum à son anneau… ;-). Je dirais même que cela devrait même être un indicateur pour vous.

En fait, tout psychologue, psychiatre ou autre qui présente :

  • une attitude ou une vision rigide des psychothérapies ou d’autres professionnels ;
  • qui critique sans nuance d’autres approches ou professionnels ;
  • et qui prétend détenir la vérité ou bien que sa méthode est la voie royale vers la “guérison” ;

… montre qu’il manque de recul et que probablement, il n’a pas suffisamment travaillé sur lui-même. Ou alors désolé de le dire comme ça, mais la méthode employée ne fonctionne pas très bien !

En effet, de mon point de vue, l’attitude résultant d’un travail sur soi efficace conduirait plutôt  :

  • à une prise de recul et recherche d’amélioration de sa façon de travailler ;
  • à moins d’attachement pour la méthode en elle-même et plus d’attention aux besoins du patient ;
  • et une plus grande humilité.

Donc franchement, ne vous encombrez pas avec ce genre de psy. Je dirais même, fuyez les…

pour trouver le bon psy, trouvez la bonne psychothérapie intégrative

Les thérapies intégratives, une solution pour trouver le bon psy ?!

Mais comment faire pour trouver le bon psy ? Surprise…

Ce n’est pas évident. D’abord parce qu’il n’est aujourd’hui pas possible de comparer les principales méthodes de psychothérapie de façon rigoureuse et objective. C’est tout simplement trop complexe à grande échelle. 

Donc surtout et je le redis, méfiez vous des discours trop radicaux dans ce domaine.

Ils ne sont clairement pas objectifs. La prudence, l’humilité et l’ouverture d’esprit me semblent plutôt être les postures qui conviennent dans ce domaine.  

De plus l’information sur les psychologues et les psychothérapies n’est pas claire. Il y a beaucoup d’erreurs et de préjugés, même chez les professionnels. Il est du coup encore plus compliqué pour le “grand public” de s’y retrouver. 

J’ai donc cherché une solution applicable par tous 

C’est pourquoi vous propose de tester cette méthode pour bien choisir son psy.

C’est une méthode que j’ai conçue après avoir beaucoup réfléchi et travaillé sur ce qui permettrait d’augmenter sensiblement vos chances de tomber le bon psy, c’est-à-dire :

  • Un bon professionnel.
  • Avec une méthode qui vous convient.

A vous de me faire des retours pour que je continue de l’améliorer !

Si cet article vous a intéressé faites en bénéficier d’autres personnes !

Partagez vos impressions et vos expériences dans les commentaires ! De cette façon nous continuons ensemble d’avancer sur le chemin pour se libérer soi-même 😉 

D’ailleurs si vous souhaitez continuer sur ce chemin, la newsletter vous aidera à vous tenir informé(e) des dernières news.

Merci et à bientôt,

Karim

Crédit photo :

Unsplash / Mike  EneriotTeddy Kelley 

Shutterstock / KieferPix

2 Comments

  1. […] « Les grands styles de psy (et de thérapies) enfin décryptées pour vous » […]

  2. […] trouver un bon thérapeute ou en savoir plus sur les psychothérapies, cliquez sur ces deux […]

Leave A Comment

32 Partages
Partagez31
Tweetez
+11