Qu’est-ce qu’un psychologue et quoi ça sert ? Est-ce pour les “fous” ?!  Et dans quels cas consulter un psychologue ? Si vous cherchez des réponses à ces questions, c’est ici. Au passage, on en finira une bonne fois pour toutes avec les préjugés sur le psychologue ! 

Voici quelques exemples courants de croyances sur les psychologues et la psychologie :

  • “Un psychologue ça parle pas” ;
  • “Je préfère les psychiatres, eux ils ont un diplôme” ;
  • “Et puis autant parler à des amis, au moins c’est gratuit”…
  • “De toute façon, il va me prescrire des médicaments” ;
  • “En plus, je ne suis pas fou” ;
  • “Parler, ça ne sert à rien…”
  • “La psychologie n’est pas une science” ;
  • Etc.

Ces croyances et ces confusions empêchent de nombreuses personnes de bénéficier des services d’un psychologue. Mais au fond, un psychologue, c’est quoi ?

Psychologue : définition et explications, enfin…

Le psychologue est un professionnel formé à l’analyse (psychologique) et donc à la compréhension de la psychologie humaine. Mais il est également formé à analyser les facteurs internes ou externes à l’individu qui influencent ce fonctionnement psychologique. 

En fait, c’est un expert du fonctionnement psychologique conscient et inconscient…

Et que ce soit dans des conditions dites “normales” ou non.

Comment travaille un psychologue ?

Tout comme un ingénieur analyse une situation ou un système, un psychologue essaie de comprendre ce qu’il se passe, aux niveaux :

  • cognitifs (ce qui a trait aux représentations mentales, aux pensées) ;
  • mais aussi affectifs (les affects et les émotions, comme la peur, la tristesse, la colère, etc.) ;
  • comportemental (nos actes et nos attitudes) ;
  • ou enfin, contextuels et sociaux (notre milieu familial, professionnel, etc.).

Pour ça, il s’appuie sur des modèles. Ces modèles sont issus de la recherche scientifique et/ou empirique (l’expérience).

Sinon, un psychologue dispose  :

  • de méthodes, notamment d’entretien. 
  • d’outils (tests, questionnaires, protocoles de thérapies ou d’intervention, etc.).

Et ses compétences essentielles sont :

  • l’évaluation psychologique ;
  • l’entretien psychologique ;
  • mais aussi l’accompagnement psychologique ;
  • le conseil ;
  • Et enfin, l’information et l’orientation du public vers des solutions adaptées.

Il est donc habilité à :

  • pratiquer des évaluations psychologiques (audit, diagnostics psychologiques, etc.) ;
  • réaliser des interventions psychologiques à visées :
    • non-thérapeutiques (soutien psychologique, conseil, formation, orientation, audits, etc.).
    • ou thérapeutiques (lorsqu’il s’est formé en psychothérapie) ;

Notez aussi qu’un psychologue intervient par des moyens psychologiques et ne prescrit donc pas de médicament.

Au passage notez , les consultations effectuées par un psychologue ne sont pas remboursées par la SECU (ce n’est pas un personnel médical ou paramédical).

Quelle est la formation du psychologue ?

Un psychologue est diplômé d’Etat, dans le domaine des Sciences Humaines au terme d’un BAC+5 en psychologie. Certains ont un BAC+8. 

Il a donc fait au minimum 5 ans, dédiées à l’étude en psychologie.

A l’issue de sa formation, un psychologue aura reçu au minimum 1500h d’enseignements en psychologie, sans compter les stages et les heures d’enseignements dans les disciplines connexes telles que la neurophysiologie, la pharmacologie, les statistiques, l’épistémologie, les classifications diagnostic types DSM5 et CIM-1,  etc.

A l’issue de son cursus à l’université ou en parallèle, il peut se former à certains types de psychothérapies. Il deviendra alors psychologue et psychothérapeute (c’est mon cas par exemple).

A l’occasion, vous rencontrerez aussi des psychologue-psychanalystes. Ce sont des psychologues qui ont acquis le titre de psychanalyste en plus de celui de psychologue.

Enfin, vous pouvez trouver (plus rarement) des psychiatre-psychologues. Il s’agit en général de psychiatres qui ont fait en plus des études de psychologie. En validant le master 2, il ont acquis le titre de psychologue. Pour clarifier les différences entre psychologue, psychiatre, psychanalyste, etc, c’est ici.

Psychologue définition et travail

Comment travaille un psychologue ? Quelle définition à ce métier ?

Dans quels cadres travaille un psychologue ?

Habilité à faire passer des tests psychologiques, il rédige des compte-rendus et peut devenir expert judiciaire. Mais il peut tout autant devenir consultant (souvent en free-lance), exercer en cabinet libéral ou être salarié en institution.

Pour ceux qui seraient tentés d’utiliser le titre de psychologue sans le diplôme, sachez que c’est passible de poursuites pénales.

En effet, le titre est protégé par la loi depuis 1985. Le site psychologue-legislation.com, vous donnera des information plus précises. Vous y retrouverez également le fameux répertoire ADELI où chaque psychologue en exercice doit être inscrit. 

Dans le cas où vous auriez un doute, c’est un moyen de vérifier si votre psy est un “vrai psy”.

Y a t-il des spécialisations chez les psychologues ?

Les psychologues ont tous un domaine de spécialisation. Par exemple, certains travaillent avec des enfants, d’autres avec des personnes handicapées alors que d’autres encore, travaillent dans les ressources humaines. Il y a en fait de nombreuses spécialisations.

Certains psychologues sont spécialisés dans la compréhension et l’accompagnement de personnes qui présentent un mal-être, des difficultés psychologiques ou des troubles psychiques. C’est ce que l’on appelle des psychologues cliniciens

Parmi eux, certains, ce sont spécialisés de façon encore plus poussée, soit dans un type de problématique (comme le stress, les troubles du comportement alimentaire, la dépression, etc.) soit en se formant à certaines méthodes de psychothérapies particulières (par exemple, en ce qui me concerne, je suis spécialisé en thérapies brèves).

Différentes spécialisations et donc, différentes façon de travailler…

Selon ses spécialisations et les méthodes de travail auxquelles un psy s’est formé, il travaillera différemment. Ainsi, j’entends souvent en consultation des dirent que leur psy :

  • ne parlait pas et restait “froid” ;
  • ne répondait pas à leurs questions ;
  • et les laissait “être mal” ou pleurer sans intervenir ni les soutenir.

Il en ont alors déduit que tous les psy travaillaient comme ça (ce qui se comprend )!

Seulement, tous les psy ne pratiquent pas de cette façon, bien au contraire ! Il ne s’agit en fait que d’une approche particulière parmi d’autres. Pour connaître les différentes méthodes et approches employées par les psy, je vous renvoie à cet article.

Une expérience négative peut également provenir d’un manque de compétence du professionnel.

Mais considérer, après cela que les psy ça ne sert à rien, c‘est comme si après avoir vu un “mauvais médecin”, vous disiez que les médecins ça ne sert rien.

La déontologie des psychologues

Le métier de psychologue se fonde sur le non-jugement et la bienveillance. 

Pour cela, il s’appuie sur son code de déontologie qui décrit les bonnes pratiques de la profession de psychologue. Vous souhaitez en savoir plus à ce sujet ? C’est ici que ça se passe : code de déontologie des psychologues.

Si vous avez des doutes sur un psy

Par contre, si vous avez des doutes ou des questions sur l’attitude d’un psychologue, vous pouvez le signaler la Commission Nationale Consultative de Déontologie des Psychologues (CNCDP). vous pouvez également consulter mon tout dernier Ebook : “Tout ce qu’il faut savoir avant de consulter un psy : les réponses aux questions que tout le monde se pose !

Mais dans tous les cas, il est impératif de ne pas rester avec un professionnel douteux !

En effet, pour l’instant il n’existe pas encore “d’Ordre des psychologues”. Du coup, Les mauvaises conduites ne peuvent actuellement être sanctionnées que dans le cadre de la loi civile ou pénale. C’est un vrai problème, bien que les choses soient entrain d’évoluer pour c métier qui n’a d’existence légale que depuis 1985 !

Il en devient cependant d’autant plus important de bien choisir son psy.

Mais alors comment faire pour bien choisir votre psy ?” Me direz-vous… 

Eh bien je vous ai concocté une petite méthode juste pour ça : “La recette… pour bien choisir son psy… “.

Quelle formation pour les psychologue ?

Quelle formation pour les psychologues ? Il y a de nombreuses spécialités chez les psy…

Reconnaître ceux qui ne sont pas des psychologues…

Premier scoop, un médecin généraliste n’est pas psychologue. 

Pourquoi ? 

Parce qu’il a étudié la médecine et non la psychologie. Or la médecine, ce n’est pas de la psychologie. Les médecins ne sont pas formés à la psychologie. Ils ne disposent donc pas des compétences nécessaires pour effectuer des diagnostics psychologiques ou des prises en charge psychologiques.

Pourtant, en faisant un covoiturage il y a peu, une interne en médecine générale me disait qu’avec certains patients : 

…elle prenait parfois le temps de faire de la “psy” (sous-entendu de la psychologie). 

Pour tout vous dire, j’étais choqué !

C’est aussi grave que si je déclarais qu’en temps que psychologue, je m’autorise parfois avec certains patients à faire de la médecine ! Alors, bien-sûr il ne faut pas généraliser.

Des disciplines différentes donnent accès à des compétences différentes. Faire sept ou onze ans d’études de médecine n’octroie donc pas de compétences particulière en psychologie. De même, avoir fait 5 ans d’études en psychologie, ne fait pas de moi un médecin

Deuxième scoop… Un psychiatre n’est pas non-plus psychologue.

En effet, un psychiatre a d’abord étudié la médecine générale. Il s’est ensuite spécialisé en psychiatrie, en validant un DES de psychiatrie. 

Seulement, la psychiatrie est une discipline différentes de la psychologie, même si dans certains cas, leurs champs se recoupent.

Un psychiatre n’est pas formé à la psychologie mais au diagnostic psychiatrique, au suivi psychiatrique, à la prescription de psychotropes et l’organisation des soins en psychiatrie. 

Il n’est pas non plus formé à au diagnostic et à l’accompagnement psychologique.  

Et les autres “psy”, alors ?!

Et voilà le 3ème scoop pour terminer sur le sujet, il concerne les psychanalystes et les psychothérapeutes.

Les psychanalystes ne sont pas psychologues ! En effet, le titre psychanalyste est acquis par cooptation dans une école de psychanalyse, après avoir fait soi-même une analyse sur plusieurs années et étudié suffisamment les textes psychanalytiques.

De plus, les psychanalystes ne sont généralement formés qu’à un certain type de psychanalyse (il y a plusieurs courants). Il ne sont donc pas formés à la psychologie, qui est une discipline beaucoup plus vaste.  Il est par contre courant que des psychologues ou des psychiatres deviennent psychanalystes. 

Quoi qu’il en soit, la psychanalyse (non scientifique), ce n’est pas de la psychologie (scientifique) !

Les psychothérapeutes ne sont pas psychologues ! Le titre de psychothérapeute est protégé en France depuis peu. En effet, pour devenir psychothérapeute, il n’est  pas nécessaire d’avoir effectué un cursus en psychologie (seules quelques heures de formation suffisent).

Je sais, ça commence à faire beaucoup. Alors, je m’arrête là sur ces questions… Si vous voulez mieux comprendre ces différences je vous renvoie à cet article : “Psychologues, psychiatres et compagnies ?! Définitions et explications !

Trouver son psy, un vrai challenge

Trouver le bon psy ? Des solutions existent

Une collaboration essentielle entre médecins et psychologues

Ces différences sont essentielles. Et elles permettent de comprendre en quoi les professions de psychiatre et de psychologue sont complémentaires. Notez au passage qu’il ne reste que quelques pays, dans le monde occidental, dont la France, où la psychologie n’est pas reconnue au même titre que la médecine.

Pour mieux comprendre ces différences entre ces deux disciplines, je ne peux que vous renvoyer vers cet articleQuoi qu’il en soit, une chose est évidente si vous vous questionez sur la pertinence de voir un psychologue :

La personne la plus habilitée à vous répondre, sera un psychologue.

Et oui, c’est le seul à être réellement formé sur cette question. Bien-sûr, vous pouvez en parler à votre médecin traitant. Simplement n’oubliez pas que son cursus universitaire ne le forme pas à la psychologie.

Cela dit, votre médecin pourra vous renseigner sur les psychologues qu’il connait. Il pourra peut-être alors vous orienter vers un psychologue, qui lui, aura une expertise pour répondre à vos questions.  

Alors, dans quels cas consulter un psychologue ?

J’entends souvent des personnes me dire :

  • Pour l’instant je tiens le coup” ; 
  • “Je veux m’en sortir seul” ;
  • Ou alors “j’irai voir quelqu’un quand ce ne sera plus tenable“. 

Mais que conseilleriez-vous à une personne qui vous dit ça au sujet de problèmes physiques ?! Parce qu’au fond… Pourquoi se priver de l’opportunité d’améliorer son équilibre personnel ?

De nombreuses personnes le font et en tirent un bénéfice important, alors pourquoi pas vous ? 

Et puis, ll n’y pas de honte à allez voir un psychologue… Et ce n’est pas réservé aux “fou”… Cependant cela reste encore mal vu dans certains milieux et pour de nombreuses personnes. C’est d’ailleurs ce qui complique souvent les choses. Et encore plus lorsqu’il s’agit de parents ou d’un conjoint. 

Si vous êtes dans cette situation, n’abandonnez pas pour autant ! Il est peut-être possible de trouver des solutions ?! Parlez-en alors à quelqu’un de confiance… que vous savez à l’écoute  !

 

Quel moment pour consulter un psychologue ?

Quand consulter un psychologue ?

Concrètement, quels sont les motifs de consultation ?

Voici les motifs de consultations que j’ai repérés comme étant les plus courants : 

  • Le manque de confiance en soi ou une estime de soi faible ;
  • Le stress (au travail ou non, avec le risque de burn-out) ;
  • Des difficultés à gérer certaines émotions ou son humeur 
  • Ou alors des difficultés à surmonter des évènements comme une séparation, un deuil ou un changement important dans sa vie (la perte d’un emploi, une maladie, etc.) ;
  • Des difficultés relationnelles (dans la famille, avec les enfants ou au travail) ;
  • Mais cela peut également être des traumatismes anciens ou récents (abus sexuels, violence familiales, accidents, etc.) ;
  • Des symptômes particuliers comme des phobies, de l’anxiété “chronique”, de l’insomnie, de la boulimie, etc. ;

En bref, quand est-ce utile de consulter ?

Il peut être utile de voir un psychologue dès que vous n’arrivez pas (ou plus) à surmonter une difficulté psychologique, un mal-être ou certains symptômes par vos seuls moyens. 

Ça ne veut pas dire non-plus qu’il faut absolument voir un psy ou faire une psychothérapie pour avancer. On peut aussi se débrouiller autrement !

En fait, cela permet surtout de gagner du temps et/ou d’éviter qu’une situation n’empire.

La difficulté de trouver le bon psychologue

Trouver le bon psychologue ? Un challenge dans certains cas …

Et vers qui se tourner alors et comment savoir si je suis avec le bon psy ?! 

Là, il s’agit de savoir comment trouver le bon psy. ET CE N’EST PAS UN MINCE AFFAIRE ! Mais pour vous faciliter les choses j’ai écrit un Ebook :

Cet article vous a-t-il apporté quelque chose ?

Si vous avez trouvé ce contenu intéressant ou utile, merci de le partager !

Vous pouvez aussi poser vos questions dans les commentaires de façon à ce que tout le monde puisse bénéficier des réponses ! De cette façon, nous pourrons avancer ensemble.

Merci et à bientôt,

Karim

Crédit photo

Shutterstock / wavebreakmedia

Pixabay.com :  Gerald / Helloquence / davide ragusa / Gregmontany