• Une définition de l' anxiété ? Un mécanisme simple à l'origine de problèmes complexe.

Les mécanismes de l’anxiété enfin décryptés pour vous : 3 exemples (et en bonus 2 solutions efficaces à long terme)

By | 2017-10-23T22:39:27+00:00 octobre 23rd, 2017|Bien-être, Pour approfondir, Stress, ≈ 5mn|4 Comments

Je rencontre souvent des personnes qui souffrent d’ anxiété. Inquiètes ou préoccupées, elles se sentent mal car elles souffrent d’appréhensions et d’inquiétudes récurrentes. Mais que sont l’ anxiété, la peur, l’angoisse, etc. ? Après quelques clarifications, je décrypte pour vous les mécanismes de nos peurs et vous donne deux solutions vraiment efficaces à long terme. 

L’ anxiété définition et exemples

L ’anxiété est un état d’inconfort psychologique caractérisé par un sentiment d’insécurité. En fait, nous avons peur que quelque chose de désagréable ou de dangereux n’arrive.

On reste alors en état d’alerte afin de parer au danger. Mais cela a un prix.

Laure : les conséquences de l’ anxiété au quotidien

Ainsi Laure, 53 ans, travaille dans l’immobilier. Elle a constamment peur que les choses se passent mal, de ne pas être à la hauteur et se met beaucoup de pression.

  • « Ça va mal se passer »,
  • « Je n’y arriverai pas »,
  • « Je ne suis pas comme »,
  • « Si… alors… »,
  • etc.

Au plan personnel, elle avait tout le temps peur que « quelque chose arrive ».

Lorsque son fils de 13 ans sortait c’était à renfort de SMS et d’injonctions « fais attention », « penses à ceci et pense cela ». Pas facile… Son Mari et son deuxième fils n’en pouvaient plus, tout comme elle qui était sur le point de craquer.

Elle était épuisée, à bout de nerf.

Laure souffrait d’ anxiété chronique et elle l’avait déjà payé cher dans sa vie familiale et professionnelle. Mais aussi du point de vue de sa santé qui était maintenant fragile.

Comment distinguer, anxiété, stress, peur, phobie et angoisse ?

L’ anxiété, c’est l’état qui résulte de la peur d’un risque. Seulement, la source est souvent inconnue ou floue. L’ anxiété se traduit au plan physique par du stress.

Le stress est la réaction physiologique normale de notre organisme lorsqu’il se mobilise en vue d’une action. Pour en savoir plus sur le stress et comment y remédier, c’est ici.

Vous avez peut-être aussi entendu parler de l’angoisse. Ce terme est en réalité très flou. Je vous épargne les détails, mais aujourd’hui, on parle d’angoisse surtout au sujet des crises d’angoisse ou attaques de panique. Une crise d’angoisse, une attaque de panique ou une crise de panique, c’est la même chose.

L’angoisse se traduit souvent par une « boule au ventre », « gorge serrée », sensation d’oppression, souvent sur la poitrine.

Une définition de l' anxiété ? Un mécanisme simple à l'origine de problèmes complexe.

Une définition de l’ anxiété

Marie, la « crise d’angoisse »

J’avais l’impression que j’allais mourir…

Mon regard se brouillait…

Mon cœur battait à deux cent à l’heure, comme s’il allait exploser…

Sa peur était intense et ingérable !

Au départ, elle ne comprenait pas l’origine de ses crises. Elle s’est ensuite rendu compte que cela était lié au fait de ressentir l’indifférence de quelqu’un qu’elle aimait ou admirait.

À 27 ans, elle ne supportait plus ses crises. D’autant plus que cela avait eu des répercussions dramatiques : une séparation.

Elle s’en voulait tellement.

Et de plus, même lorsque tout allait bien, elle avait développé la peur que survienne une crise. Selon elle, cela avait accéléré la rupture, car :

  • elle « stressait pour rien » ;
  • « s’énervait pour rien » ;
  • faisait « des histoires pour rien » ;

Arrêtons juste une seconde sur cela et parlons franchement. Personne ne stresse, ne s’énerve ou faits des histoires « pour rien ».

Si vous réagissez à une situation qui paraît anodine c’est que cette situation réveille en vous quelque chose qui n’est pas anodin du tout et qui a sa raison d’être. Si vous ne comprenez pas la logique c’est que c’est inconscient.

Philippe et sa phobie un peu bizarre

Une phobie est une peur intense, d’un objet, d’un évènement ou d’un être vivant, en l’absence de tout danger avéré.

Par exemple, lorsque j’étais étudiant j’avais rencontré quelqu’un qu’on va appeler Philippe.

Philippe avait une phobie des pointes de stylos ou de crayon. Dès qu’on levait un peu son stylo en sa présence, il devenait anxieux ou éprouvait le besoin de se protéger les yeux.

Pourquoi ?  Car il avait la peur irrationnelle qu’on lui crève les yeux. Il était totalement conscient de l’absurdité de cette peur et pouvait en parler assez librement d’ailleurs. Bien sûr, la cause, elle restait inconnue.

L'anxiété généralisée, un mécanisme simple à la source d'un problème complexe

L’anxiété généralisée, à la base un mécanisme simple à la source d’un problème complexe

 

Le mécanisme fondamental de nos peurs et donc de l’anxiété décryptés pour vous

En réalité c’est très simple : votre cerveau reptilien a associé une représentation à un danger. C’est représentaton est issue d’une perception que vous avez eu dans une situation donnée.

Le cerveau reptilien, c’est la partie de notre cerveau que nous avons en commun avec les reptiles. C’est donc le « module » le plus ancien et il est chargé de la gestion des fonctions les plus basiques comme les réflexes de survie.

Il est complété chez nous par :

  • le cerveau limbique (le siège des émotions) ;
  • le néocortex (la pensée consciente, analytique).

Notre cerveau reptilien, un fonctionnaire zélé

Si vous voulez, notre cerveau reptilien est un peu comme un fonctionnaire zélé qui met un coup de tampon à chaque dossier qui lui passe sous le nez.

Sauf qu’il n’a que deux tampons :

  • Le tampon-vie (ça passe) ;
  • Le tampon-danger-de-mort (ça ne passe pas).

    Quel rôle notre cerveau reptilien joue-t-il dans le mécanisme de l'anxiété, de la peur, de la phobie ?

    Quel rôle notre cerveau reptilien joue-t-il dans le mécanisme de l’anxiété, de la peur, de la phobie ?

Lorsque vous vivez une situation qui ressemble trop à un dossier enregistré avec le tampon « danger de mort ». Ça déclenche une alerte :

  • La phobie ;
  • La crise d’angoisse ;
  • Ou une peur intense, suivant les cas.

L’ anxiété chronique, c’est le cas où l’alarme se met à sonner tout le temps.

Le mécanisme à l’origine de la phobie et de l’ anxiété chronique

Et oui, le truc est que notre cerveau ne réfléchit pas : il associe

Pour faire simple, lorsqu’une émotion forte désagréable (x = peur), est mise au contact d’une représentation (a = parler devant sa classe à l’école), votre cerveau associe les deux. Ensuite, lorsque (a) est activée, (x) s’active également.

Mais lorsqu’une seconde représentation (b) proche de (a), comme parler devant ses collègues de travail, se manifeste, cela active, souvent inconsciemment la représentation (a) et donc l’émotion (x).

Sauf que ce n’est pas tout !

Comme l’émotion de peur (x) a été déclenchée en présence de la représentation (b), votre cerveau peut aussi les associer !

Et « bamm », on se ramasse une phobie ou une peur, par exemple parler en public. On a alors l’impression de :

  • « stresser pour rien »,
  • d’avoir « peur pour rien »,
  • de « s’énerver pour rien »,
  • Etc.

Car il faut bien comprendre que le mécanisme d’association est inconscient et qu’en réalité, sont sont des chaînes d’associations avec des ensembles complexes de représentations.

C’est le même processus pour l’ anxiété chronique, mais avec un mécanisme de généralisation. Là, votre cerveau élargit de plus en plus le nombre de représentations associées à un danger potentiel.

Alors que faire face à l’angoisse, l’ anxiété et donc, simplement la peur ?!

D’abord, n’attendez pas que les choses s’enveniment !

En effet, en laissant faire votre cerveau vous le laissez tisser un sac de nœuds. Heureusement, on peut faire quelque chose, même pour les gros sacs de nœuds, même si c’est un peu plus compliqué.

Prenez en compte le mécanisme fondamental de la peur !

Le fonctionnaire zélé qui est en vous a le pouvoir de re-tamponner vos vieux dossiers.

Seulement, ce fonctionnaire ne parle pas, ne comprend pas votre langage, se fout totalement de ce qui est important pour vous ou de qui vous aimez. C’est ainsi que notre cerveau reptilien fonctionne.

Et c’est pour cela qu’en cas de danger majeur, nous sommes capables de piétiner notre meilleur ami, sans nous en rendre compte.

En revanche, si votre fonctionnaire arrive à comprendre qu’il n’y a pas de danger. Il tamponne « vie » et du coup plus de problème.  Mais alors, comment faire ?

Une solution pour la gestion du stress au travail : une formation à la méditation de pleine conscience

Une solution pour la gestion du stress au travail (ou ailleurs) : une formation à la méditation de pleine conscience

2 solutions bien connues pour l’ anxiété

Vous connaissez certainement les solutions :

  • Médicales ;
  • Corporelles ;

La solution médicale : les médicaments

On prescrit des médicaments différents suivant le type de trouble. Je vous épargne les détails de cette approche. Pour en savoir plus, consultez votre médecin traitant.  Cela peut aider, ponctuellement.

Mais l’inconvénient est que vous êtes passif et que vous ne développez pas vos propres ressources. D’ailleurs, j’ai encore reçu il y a deux jours l’appel d’une personne qui était sous traitement pour l’ anxiété, depuis… 18 ans.

Est-ce que vous imaginez ?!

La solution corporelle : le sport et l’alimentation

Faire du sport, se défouler, la phytothérapie, les compléments alimentaires,  l’alimentation, etc. Tout cela est utile et bon, notamment parce que vous reconfigurez progressivement votre physiologie et améliorez votre santé.

L’inconvénient est que ça ne permet pas de re-tamponner les vieux dossiers.

La psychothérapie : une 1ère solution efficace à long terme contre l’ anxiété

Attention, n’importe quel type de psychothérapie ne conviendra pas pour traiter une problématique d’ anxiété.

Pour commencer, je vous conseille plutôt des thérapies brèves, centrées sur les aspects émotionnels et corporels (on parle de thérapie psycho-corporelle).

Une thérapie brève adaptée est actuellement le meilleur moyen de refaire tamponner un dossier.

En effet, le dossier d’origine est souvent resté inconscient ou hors de la zone d’influence de notre conscience (on sait d’où ça vient mais on n’arrive pas à le changer par soi-même).

Une formation à la méditation de pleine conscience ? Une solution face à l'anxiété.

Une thérapie brève ou formation à la méditation de pleine conscience ? deux solutions face à l’anxiété.

Il est alors souvent nécessaire de s’appuyer sur des techniques particulières et l’aide d’un professionnel pour se libérer du problème ou gagner beaucoup de temps dans le processus de libération, peut-être plusieurs années de bien-être.

Pour en savoir plus sur comment trouver un psy, cliquez ici. Et pour avoir des repères clairs sur dans les différents types de psychothérapie et donc mieux savoir quoi choisir, c’est là.

La plein conscience (ou Mindfulness) : la 2ème solution efficace à long terme

Il y a une autre possibilité, complémentaire de la première.

Apprendre à pratiquer la pleine conscience (Mindfulness). La pleine conscience est un état caractérisé par le non-jugement, une stabilité émotionnelle et donc un apaisement. De plus le travail d’apprentissage peut aider à se libérer de certains vieux dossiers.

Là, il s’agit de se former, pour apprendre la gestion du stress et des émotions par la pleine conscience. Si cela vous intéresse, sachez qu’il existe de nombreuses formation fondée sur deux principales méthodes dénommées méthodes M.B.S.R. & M.B.C.T..

Je me suis d’ailleurs appuyé sur cette formation (méthode M.B.S.R.) pour créer un protocole qui combine psychothérapie brève et apprentissage de la gestion du stress par la pleine conscience.

Partagez l’article et vos expériences dans les commentaires !

Si cet article vous a plu ou vous semble utile, partagez-le.

Mais votre expérience, votre témoignage compte tout autant ;-). Alors surtout laissez un commentaire, allez-y car même un petit mot peut parfois aider quelqu’un !

Dans tous les cas, merci et à bientôt !

Karim

Crédit photos

thumbs.dreamstime.com
Shutterstock.com
fotolia.com

4 Comments

  1. Chantal 23 octobre 2017 at 21 h 44 min - Reply

    Merci pour cet article qui m’a particulièrement intéressé.
    J’aimerais savoir si, être “dans l’hypermarché contrôle” est une façon de masquer ou de compenser une anxiété chronique ?
    Par avance, merci !

    • Karim 23 octobre 2017 at 22 h 52 min - Reply

      Bonjour,

      Merci pour votre retour. Est-ce que vous voulez dire dans “l’hyper-contrôle” ?

      Si c’est le cas, oui effectivement. Un besoin de contrôle exacerbé (ou autrement dit, la difficulté à lâcher prise) est un symptôme de lutte anxieuse.

      Cette lutte anxieuse renvoie généralement à la difficulté à faire face à une peur.

      Il peut s’agir par exemple d’une peur de la mort, de la déception, de la trahison et plus largement de la peur souffrir dans certaines circonstances.
      Souvent, le motif de la peur est inconscient, bien que ce ne soit pas systématique.

  2. Christine 29 octobre 2017 at 10 h 31 min - Reply

    Bonjour,
    cet article, dans la lignée des précédents que vous avez produits, est à nouveau d’une très grande qualité éducative. Par ailleurs votre” ton” permet toujours de dédramatiser et ouvre sur la perspective d’une solution. Merci pour cet immense travail.

    • Karim 1 novembre 2017 at 11 h 07 min - Reply

      Merci pour votre commentaire !

Leave A Comment

40 Partages
Partagez40
Tweetez
+1